headerphoto
headerphoto

Qui est Joseph Schorderet?

Joseph Schorderet est né à Bulle (Fribourg/Suisse), le 3 mars 1840, dans une famille imprégnée de foi catholique. Dès l’âge de 4 ans, il sollicite la faveur de fréquenter l’école.

1845: un revers de fortune oblige la famille à s’établir à Posieux. Il a 13 ans quand il entre à l’Ecole cantonale de Fribourg, un milieu anticlérical, hostile à la foi de son enfance.

A 16 ans, il achève ses études par le brevet d’instituteur et se présente à Grolley où un poste est vacant. Le curé, le jugeant très doué, lui conseille de continuer des études littéraires au Collège Saint-Michel à Fribourg.

1858: Joseph Schorderet est reçu à la Société des Etudiants suisses. Il sera chargé de rédiger la partie française des Monat Rosen, organe de l’Association. Ses trois maîtres-mots sont:
science, progrès, liberté, mais éclairés par l’Evangile.

1862: Il entre au Séminaire de Fribourg. Plus tard il écrira: «Si je suis prêtre, c’est, après Dieu et ma mère, à la Société des Etudiants suisses que je le dois.» C’est au cours de ses années de séminaire que la rencontre avec saint Paul le conduit à un amour fou pour le Christ. Il choisit comme devise pour lui, et pour l’Œuvre de Saint-Paul qu’il allait créer plus tard, ces deux fortes paroles de l’Apôtre: «Pour moi, vivre c’est le Christ et mourir m’est un gain» (Ph1,21) et «Tout restaurer dans le Christ» (Ep 1,10). Il découvre le Chapitre XIII de la première lettre de saint Paul aux Corinthiens, l’hymne à la charité, qu’il donnera comme Règle de vie aux Sœurs de Saint-Paul.

1866: Joseph Schorderet est ordonné prêtre et nommé vicaire à Neuchâtel.

1867: Le Conseil d’Etat le nomme aumônier à l’Ecole normale d’Hauterive.

1869: Il est appelé comme Chanoine de la Collégiale Saint-Nicolas.

Créateur en trois domaines:
la presse, l’école, les mouvements de masse

«Prophète au regard d’aigle possédé par l’Esprit», il lutte pour la liberté de l’Eglise: «La presse, loin de nous éloigner de Jésus Christ, doit être un moyen de vivre avec lui… Il faut baptiser la presse»
Il collabore au «Courrier de Genève» fondé par Mgr Mermillod.
Il crée de nombreuses publications, sociétés et associations, ayant pour objectif de former des élites et d’éclairer l’opinion publique:

1869: «Revue de la Suisse catholique»;
Il réorganise « L’Ami du Peuple »;

1870: «Bulletin de l’Association de Pie IX»;
«Bureau de correspondance» à Fribourg, et à Berne en 1874;
Participe à la fondation du «Cercle catholique fribourgeois»;

1871: «La Liberté», quotidien qui paraît encore de nos jours;
«Société de l’Imprimerie catholique suisse»;
«Bulletin pédagogique»;

1872: «Bureau des pèlerinages»;
Ouverture de la «Librairie catholique»;

1873: Fondation de la Congrégation des Sœurs de Saint-Paul, dite Œuvre de Saint-Paul pour l’Apostolat de la Presse;

1875: Recteur de la paroisse Saint-Maurice;
Fondation du « Cercle catholique de Fribourg»;

1889: Co-fondateur de l’Université de Fribourg avec le Père Berthier, o.p. et Georges Python, conseiller d’Etat.

Personnage bouillonnant d’initiatives, il est aussi grand prédicateur. Il multiplie les conférences, les rassemblements populaires et participe à différents congrès, notamment à Paris.
Assoiffé de Jésus Christ, homme d’audace et de génie, il ne recule devant aucun sacrifice, confiant dans la force de l’Esprit. Son intelligence, ses intuitions, ses créations, poursuivaient un seul but : Vivre de Jésus Christ et tout restaurer en Lui.

Le 20 avril 1893, le chanoine Schorderet meurt à l’âge de 53 ans

 

«J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé ma course, j’ai gardé la foi. Et maintenant, voici qu’est préparée pour moi la couronne de justice, qu’en retour le Seigneur me donnera en ce jour-là, lui, le juste Juge, et non seulement à moi, mais à tous ceux qui auront attendu avec amour son Apparition.»
2 Tm 4,7-8


Un prêtre fribourgeois passionné de Vérité

schorderet